Fermeture estivale de l'accueil-billetterie du Théâtre, du 16 juillet au 24 août inclus. N'hésitez pas à réserver en ligne vos billets !Fermeture estivale de l'accueil-billetterie du Théâtre, du 16 juillet au 24 août inclus. N'hésitez pas à réserver en ligne vos billets !Fermeture estivale de l'accueil-billetterie du Théâtre, du 16 juillet au 24 août inclus. N'hésitez pas à réserver en ligne vos billets !Fermeture estivale de l'accueil-billetterie du Théâtre, du 16 juillet au 24 août inclus. N'hésitez pas à réserver en ligne vos billets !Fermeture estivale de l'accueil-billetterie du Théâtre, du 16 juillet au 24 août inclus. N'hésitez pas à réserver en ligne vos billets !Fermeture estivale de l'accueil-billetterie du Théâtre, du 16 juillet au 24 août inclus. N'hésitez pas à réserver en ligne vos billets !Fermeture estivale de l'accueil-billetterie du Théâtre, du 16 juillet au 24 août inclus. N'hésitez pas à réserver en ligne vos billets !Fermeture estivale de l'accueil-billetterie du Théâtre, du 16 juillet au 24 août inclus. N'hésitez pas à réserver en ligne vos billets !Fermeture estivale de l'accueil-billetterie du Théâtre, du 16 juillet au 24 août inclus. N'hésitez pas à réserver en ligne vos billets !Fermeture estivale de l'accueil-billetterie du Théâtre, du 16 juillet au 24 août inclus. N'hésitez pas à réserver en ligne vos billets !Fermeture estivale de l'accueil-billetterie du Théâtre, du 16 juillet au 24 août inclus. N'hésitez pas à réserver en ligne vos billets !Fermeture estivale de l'accueil-billetterie du Théâtre, du 16 juillet au 24 août inclus. N'hésitez pas à réserver en ligne vos billets !Fermeture estivale de l'accueil-billetterie du Théâtre, du 16 juillet au 24 août inclus. N'hésitez pas à réserver en ligne vos billets !Fermeture estivale de l'accueil-billetterie du Théâtre, du 16 juillet au 24 août inclus. N'hésitez pas à réserver en ligne vos billets !Fermeture estivale de l'accueil-billetterie du Théâtre, du 16 juillet au 24 août inclus. N'hésitez pas à réserver en ligne vos billets !Fermeture estivale de l'accueil-billetterie du Théâtre, du 16 juillet au 24 août inclus. N'hésitez pas à réserver en ligne vos billets !
Fermeture estivale de l'accueil-billetterie du Théâtre, du 16 juillet au 24 août inclus. N'hésitez pas à réserver en ligne vos billets !Fermeture estivale de l'accueil-billetterie du Théâtre, du 16 juillet au 24 août inclus. N'hésitez pas à réserver en ligne vos billets !Fermeture estivale de l'accueil-billetterie du Théâtre, du 16 juillet au 24 août inclus. N'hésitez pas à réserver en ligne vos billets !Fermeture estivale de l'accueil-billetterie du Théâtre, du 16 juillet au 24 août inclus. N'hésitez pas à réserver en ligne vos billets !Fermeture estivale de l'accueil-billetterie du Théâtre, du 16 juillet au 24 août inclus. N'hésitez pas à réserver en ligne vos billets !
Agenda

On ne paie pas ! On ne paie pas !

Dario Fo | Franca Rame Bernard Levy | Cie Lire aux éclats

On ne paie pas ! On ne paie pas ! est une grande comédie contemporaine. Une pièce militante et satirique que Dario Fo et Franca Rame veulent ancrer dans l’actualité sociale et politique de l’Italie de leur temps – comme le prouve la réécriture qu’ils en font en 2008 en changeant le titre originel de la pièce : Faut pas payer ! devient alors On ne paie pas ! On ne paie pas !
L’écart entre ce théâtre de tréteaux politique et l’atemporalité métaphysique de Beckett dans En attendant Godot et Fin de partie, ou l’universalité humaine et poétique d’Aharon Appelfeld dans Histoire d’une vie, ou encore l’absurdité existentialiste des Chaises de Ionesco, peut sembler surprenant. Mais ce projet s’inscrit volontairement en rupture avec mes mises en scènes précédentes. En effet, cette apparente rupture répond à un désir fort de travailler le genre de la comédie au travers d’une grande pièce comique d’aujourd’hui, avec l’envie d’aborder un registre plus libre et plus excessif.
Par ailleurs, le théâtre de Dario Fo par la rigueur de sa construction, de sa mécanique comique et la place qu’il donne à l’acteur, ne me semble pas si éloigné des textes classiques ou contemporains que j’ai pu mettre en scène. On ne paie pas ! On ne paie pas ! est d’ailleurs aujourd’hui considéré comme un classique du théâtre italien, même si la pièce reste peu connue du grand public en France.
On ne paie pas ! On ne paie pas ! est une véritable "machine de guerre" théâtrale d’une drôlerie assez unique dans le théâtre contemporain. La mécanique comique y est poussée à son extrémité, celle de l’absurde, pour démonter les comportements humains et les dysfonctionnements de nos sociétés occidentales. On y retrouve la trace des grandes écritures comiques, aussi bien théâtrales (d’Aristophane à Feydeau en passant par la commedia dell’arte), que cinématographiques : les films burlesques de Laurel et Hardy ou de Charlie Chaplin, la comédie italienne (Toto, Dino Risi, Roberto Benigni). Autant de références que l’écriture fait surgir avec beaucoup de liberté, et dont nous nous emparerons pour mener notre recherche scénographique.
Mettre en scène On ne paie pas ! On ne paie pas !, c’est s’appuyer sur la précision du texte de Dario Fo et Franca Rame : dérouler les situations les unes après les autres en cherchant à conserver un équilibre continu entre la terrible précision comique du texte (dans son rythme et sa construction) et son outrance libératrice. Un autre équilibre me semble indispensable à tenir : conserver l’actualité sociale et politique tout en préférant le côté archétypal et universel de la comédie à son caractère militant et son contexte italien. En effet, l’extrême actualité du propos ne doit pas nous enfermer dans une reconstitution réaliste, mais doit être à la fois maintenue et dépassée pour que la pièce apparaisse comme une fable sur l’homme, son rapport au travail et au pouvoir.
Il s’agit peut-être d’envisager aussi l’emballement comique comme une forme de poésie – une universalité semblable, par exemple, à celle de Chaplin dans Les temps modernes. Envisager le rire comme une façon de renvoyer chacun d’entre nous à lui-même, à ses doutes, ses faiblesses, ses manquements, comme à ses élans, ses utopies et ses engagements.
L’enjeu serait donc de trouver une forme scénique et un jeu d’acteur à la fois aussi précis et aussi libres que l’écriture de Dario Fo et Franca Rame, aussi réalistes et aussi fous : plonger le spectateur dans un monde qu’il reconnaît (donner un ancrage réel à la pièce) tout en lui proposant une forme qui l’extrait de ce réel pour accroître encore le caractère libérateur de la comédie. Ouvrir à une forme de poésie comique nourrie par le burlesque.


Bernard Levy
Jean-Luc Vincent