ANGELIN PRELJOCAJ

GRAVITÉ

Dan
se

Le nouveau chef d’œuvre d’un des chorégraphes les plus ambitieux du XXIe siècle. Qui n’a pas rêvé de défier les lois de la gravité ? Les danseurs et chorégraphes y pensent un peu plus que les autres, déformation professionnelle et rêverie permanente obligent. C’est cette gravité qu’Angelin Preljocaj a choisi de défier dans son nouveau spectacle. Sur des musiques de Ravel, Bach, Chostakovitch, Philip Glass ou Daft Punk, l’incontournable créateur contemporain renoue avec la précision chirurgicale des mouvements collectifs qui ont bâti sa légende. La pureté des lignes physiques et des costumes se prolonge en faisceaux de lumières. Les tableaux, d’une élégance rare, s’enchaînent jusqu’au vertige final avec Le Boléro dans une version hypnotique. Angelin Preljocaj est un véritable architecte du corps collectif, un magicien des formes et du trait. Ses spectacles sont tous des voyages au plus profond de nos sens. Celui-ci repousse les limites de son art. On avait rarement vécu expérience visuelle aussi pure. Vertigineux, forcément.

LA PRESSE EN PARLE !

Une succession de vignettes dansées, […] magnifiquement servies par une troupe au diapason de l’inspiration d’Angelin Preljocaj. La variété des choix musicaux, de Bach à Daft Punk, enchante ! […] En cherchant à défier la pesanteur, Angelin Preljocaj retrouve une certaine légèreté. La salle, debout, lui fera un juste triomphe. LES ÉCHOS

 

Dans un ballet fascinant, ils respirent ensemble comme un seul et unique organisme. L’exploration du mouvement, de son expression la plus simple – la marche – à sa complexité la plus élaborée, offre un trouble qui vient remuer jusqu’aux replis les plus infimes de l’âme. LA CROIX

 

Les costumes du Russe Igor Chapurin, styliste et collaborateur du Bolchoï, cisèlent ces corps en noir ou blanc que l’ombrageuse lumière d’Éric Soyer continue de sertir. Une telle alliance trouve son apothéose à la fin, quand, sans crier gare, Preljocaj nous offre son Boléro de Ravel. Belle surprise. L’unisson apaisé et puissant des interprètes s’ouvre et se ferme. Un cœur palpitant. TÉLÉRAMA

 

 

distribution

Chorégraphie Angelin Preljocaj

Costumes Igor Chapurin

Lumières Éric Soyer

Avec les danseurs du Ballet Preljocaj

Production Ballet Preljocaj
Coproduction Chaillot, Théâtre national de la Danse, Paris | Les Théâtres de la Ville de Luxembourg | Biennale de la danse de Lyon 2018 | Grand Théâtre de Provence | Scène Nationale d’Albi| Theater Freiburg