ABOU DIARRA

BLUES-MANDINGUE

Musi
que

Abou Diarra est un musicien de blues mandingue, composant et jouant une musique libre et intemporelle.

Il a marché. Beaucoup marché. 1111 kilomètres très précisément, à travers le Mali, pour rejoindre Bamako avec un Kamele N’Goni sur le dos. Cinq mois et vingt sept jours pendant lesquels il joue tous les jours de cet instrument, mélange de luth et de harpe. L’homme qui parvient à Bamako est en guenilles mais gonflé à bloc. Il veut encore apprendre. “C’est à l’hôtel des Canadiens qu’il faut aller”, lui dit-on. Là-bas, il entend Vieux Kanté, virtuose absolu du n’goni, qui le prend sous son aile pendant sept ans. Avec son mentor, il apprend à improviser sur du Bob Marley ou du Jimi Hendrix et ajoute des cordes à son luth. Lorsque Vieux Kanté meurt brutalement, il reprend la route pour arriver en France. Truffé de sons contemporains, son dernier album a été salué à travers la planète comme un classique instantané. Abou Diarra n’a pas fini de marcher.


En partenariat avec l’Espace Prévert

Visitez le site de l’artiste

LA PRESSE EN PARLE

Une virée majestueuse en terre de blues.
Télérama

 

Abou explore une veine blues qui, loin de dénaturer sa musique, en souligne encore la beauté profonde et la suprême sérénité.
Les Inrocks

 

DISTRIBUTION

Abou Diarra N’goni, chant

 Moussa Koita Clavier, chœurs

 Laurent Loit Basse

 Amadou Daou Percussions

 Vincent Bucher Harmonica

 Joris Pinard Technicien son

 

CONCERT À L'ESPACE PRÉVERT

RECEVOIR LA NEWSLETTER

Valider