LA VIE DE GALILÉE

BERTOLT BRECHT / CLAUDIA STAVISKY

Théâ
tre

Un grand manifeste populaire et engagé. De la pièce majeure de Bertolt Brecht, la metteuse en scène Claudia Stavisky propose une fresque limpide et lumineuse de la vie de Galilée, faisant résonance à notre société contemporaine et aux effets de la mondialisation. Au début du XVIIe siècle, Galilée braque un télescope vers les astres, déplace la Terre, abolit le ciel et fait vaciller l’ordre de l’Église. Mais si la Terre n’est plus le centre de l’Univers, si les planètes sont en éternel mouvement, où est Dieu et quelle est la place de l’Église ? Pour jouer le rôle du célèbre astronome italien, ce sera comme une évidence, Philippe Torreton. Avec une dizaine d’interprètes, tous absolument formidables, incarnant pas moins de quarante personnages, ils s’élancent ensemble avec éclat et appétit dans cette fable entremêlant raison et imagination. La pièce relate l’existence de cet homme de sciences, jouisseur de la pensée et de la bonne chère qui a toujours refusé le renoncement. Dans une mise en scène toute en sobriété, où décor, lumières, et costumes obéissent à une rigueur pour mieux servir le texte et le jeu d’acteurs, cette pièce est, pour Claudia Stavisky, « une formidable opportunité de parler de ce qui se passe ici et maintenant, de notre responsabilité collective dans la catastrophe écologique qui se prépare ».

Dans le cadre du Temps Fort Futur Antérieur

LA PRESSE EN PARLE

La metteuse en scène s’est offert un atout maître : Philippe Torreton, qui trouve là un rôle à sa mesure, comme ce fut déjà le cas avec le Cyrano mis en scène par Dominique Pitoiset en 2013. C’est peu de dire qu’il est magnifique. Son Galilée est d’une humanité, d’une sobriété et d’une densité propres à décliner toutes les complexités du personnage, dont il ne s’agit surtout pas de faire un héros ni/ou un traître – ce serait trop simple. LE MONDE

Au-delà de l’argumentaire scientifique, c’est l’aspect politique de la pièce que met en lumière Claudia Stavisky dans sa mise en scène tout en clair-obscur, sobre et élégante, actuellement à La Scala. […]

Au centre du jeu et d’une belle troupe, dans un décor et des costumes sans âge, Torreton, magnifique, traverse cette « Vie de Galilée » avec une passion sincère et captivante. LE PARISIEN

DISTRIBUTION

Texte Bertolt Brecht

Mise en scène Claudia Stavisky assistée de Alexandre Paradis

Avec Philippe Torreton, Gabin Bastard, Frédéric Borie, Alexandre Carrière, Maxime Coggio, Guy-Pierre Couleau, Matthias Distefano, Nanou Garcia, Michel Hermon, Benjamin Jungers, Marie Torreton

Scénographie, costumes Lili Kendaka assistée de Malika Chauveau

Son Jean-Louis Imbert

Lumières Franck Thévenon

Vidéo Michaël Dusautoy assisté de Marion Comte

Décor société Albaka

Costumes Grain de taille, Atelier BMV et l’atelier des Célestins

Production Célestins – Théâtre de Lyon, Grandlyon, la métropole

Avec le soutien du DIESE# Auvergne-Rhône-Alpes – dispositif d’insertion de l’École de la Comédie de Saint-Étienne