WE LOVE ARABS / JE DANSE... I Une soirée, deux spectacles

WE LOVE ARABS / JE DANSE PARCE QUE JE ME MÉFIE DES MOTS

HILLEL KOGAN / KAORI ITO / SOIRÉE EN 2 PARTIES

Dan
se

Une soirée, deux spectacles.

Danser avec humour le conflit israëlo-palestinien ? Et pourquoi pas se qualifier pour The Voice en évoquant la mécanique quantique pendant que vous y êtes… We Love arabs est un tour de force d’intelligence et d’inventivité imaginé par Hillel Kogan. Avec Adi Boutrous comme compagnon de jeu, il crée un improbable duo de danseurs que leurs origines sont censées opposer. Les deux danseurs réinventent l’art engagé avec une arme aussi vieille que le monde : l’humour sans limites.


Un père et sa fille peuvent-ils se parler d’amour, de transmission, de création, de disparition ? Peut-on rencontrer son propre père ? Plus de quinze ans après avoir quitté le Japon, Kaori Ito invite son père, sculpteur, à une danse bouleversante. Au Japon, on ne pose pas de questions à son père, mais Kaori Ito est sur scène et sur scène on peut en poser. Au Japon, on se méfie des mots, alors Kaori et Hiroshi Ito dansent. Probablement le pas de deux le plus émouvant du répertoire contemporain.

LA PRESSE EN PARLE

à propos de Je danse parce que je me méfie des mots

Je danse parce que je me méfie des mots, est une oeuvre bouleversante qui articule danse et conversation dans un dialogue entre la danseuse chorégraphe Kaori Ito et son père, à ses côtés pour l’occasion. (…) Seule la scène pouvait sacraliser une telle histoire d’amour, qui est aussi une histoire d’amour de l’art. Le lien unique unissant le père à la fille, il appartient dorénavant au public d’en conserver la mémoire. Alice Bourgeois, Mouvement

à propos de Je danse parce que je me méfie des mots

Plus proche d’une famille de danse-théâtre où l’on retrouve au coude à coude James Thierrée, Alain Platel, Aurélien Bory et Denis Podalydès, Kaori Ito (…) a imposé une page spectaculaire humaniste et émotionnelle, dédiée à son père et à leur relation. Rosita Boisseau, Le Monde

à propos de We love arabs

Chef-d’œuvre ! Je n’ai encore jamais vu une œuvre dansée aussi pleine d’esprit, provocatrice politique et hilarante. JÉRUSALEM POST

DISTRIBUTION

WE LOVE ARABS
Création Hillel Kogan
Lumières Amir Castro
Musiques Kazem Alsaher, W.A. Mozart
Conseillers artistiques Inbal Yaacobi, Rotem Tashach
Traduction française Talia de Vries
Avec Adi Boutrous et Hillel Kogan

JE DANSE PARCE QUE JE ME MÉFIE DES MOTS
Création Kaori Ito
Dramaturgie Julien Mages
Scénographie Hiroshi Ito
Lumières Arno Veyrat
Musique Joan Cambon, Alexis Gfeller
Masques Erhard Stiefel
Costumes Duc Siegenthaler
Avec Kaori Ito, Hiroshi Ito

MENTIONS

JE DANSE PARCE QUE JE ME MEFIE DES MOTS
Production Compagnie Himé
Coproduction Le Théâtre Garonne scène européenne, Toulouse / Le Théâtre de Saint- Quentin-en-Yvelines, Scène nationale / Les Théâtres de la Ville de Luxembourg / La Ménagerie de verre, Paris / l’ADC de Genève / Le Lieu Unique, Nantes, Le Klap Maison pour la danse, Marseille / L’Avant-Scène, Scène conventionnée de Cognac / Le Channel, Scène nationale de Calais / La Filature, Scène nationale de Mulhouse