EXPO CALIFORNY

PATRICE TERRAZ

PROG.
BIS

Le festival l’Oeil Urbain investit Corbeil-Essonnes de propositions photographiques depuis bientôt 6 ans chaque printemps, et invite, dans ce cadre, des artistes de renom à des résidences de création pour rendre compte de leur vision de la ville. En 2016, c’est le marseillais Patrice Terraz qui est parti à la rencontre des a priori sur la jeunesse et la banlieue. Les photos qui en ont surgi sont aussi joyeuses, tendres, décalées et poétiques que l’image qu’on peut avoir de la « Californy », selon le terme choisi par les lycéens de Robert Doisneau pour définir leur Eldorado inventé ici. Une exposition lumineuse pour célébrer la jeunesse, le territoire, et leurs vitalités en ces jours de rentrée.

 

Avec le Festival L’Œil Urbain

Vernissage le 5 octobre à 19h30

 

NOTE D'INTENTION

L’équipe de l’Oeil Urbain m’a prévenu dès mon arrivée : « tu pleures quand t’arrives et tu pleures quand tu pars ». Accepter une résidence photographique à Corbeil-Essonnes lorsqu’on vit à Marseille, c’est s’obliger à porter son regard au-delà des apparences d’une ville qui semble crouler sous le poids de l’ennui. En décidant de m’intéresser à la jeunesse, j’ai sciemment occulté les préjugés qui plombent une banlieue où je n’avais jamais mis les pieds. Vers les jeunes, donc. Quelle est leur place ici? Que font ils?
Direction le lycée Robert Doisneau, formidable porte d’entrée vers la ville, où 2700 élèves se retrouvent chaque jour au bord de la nationale 7, face à la cité des Tarterêts. Ils viennent de tous les horizons, de tous les milieux, et cohabitent dans un équilibre maintenu par un profond désir de vivre. Surprise ! Ils n’ont pas l’air malheureux ! En immersion, on s’attache très vite, surtout lorsqu’on est bien accueilli. Me voilà collé à quelques petits groupes en dehors du lycée. Mes guides. Le sandwich sur le parking du supermarché, le club de boxe, la MJC… Quand arrive le soir, ça se complique. Une fois le kebab englouti chez un des innombrables Grecs, la scène ouverte du Café de la gare le vendredi soir est à peu près le seul échappatoire. Sûr que pour les soirées, il vaut mieux se débrouiller seul. Alors on s’envoie des téquilas paf dans des gobelets en plastique au fond d’un jardin en soufflant dans les volutes de fumée que « la Californie, c’est notre rêve à tous ». J’ai beau insister, personne n’a l’air de s’ennuyer. Preuve en est : « – Demain on va à la Gay Pride, tu viens avec nous ? – Yesss ! » J’ai quitté la ville les yeux embués… avec une féroce envie de continuer à photographier ce beau petit monde, encore et encore. Patrice Terraz

RÉSERVEZ

 

 

 

Exposition produite par la ville de Corbeil-Essonnes dans le cadre de la résidence photographique du Festival L’œil Urbain

Festival Oeil UrbainVille de Corbeil-Essonnes

RECEVOIR LA NEWSLETTER

Valider